Développement durable

Développement durable

A l’occasion du Challenge connecté de l’UJM qui se déroulera du 14 au 31 mars 2022, le Projet A.R.T.S a souhaité contribuer à la sensibilisation des participantes et des participants sur le rôle du secteur des arts et de la culture dans la transition écologique.

Une étude du Shift Project de novembre 2021 a permis de documenter, de manière approfondie et globale, l’impact environnemental du secteur des arts et de la culture en France. Etablie dans le cadre du plan de transformation de l’économie française, elle invite à décarboner la culture pour réduire la vulnérabilité du secteur face aux chocs énergétiques et climatiques.
Le transport des spectateurs vers les lieux de spectacle constitue 80% de l’empreinte carbone des concerts et autres festivals. Autre donnée frappante : la mobilité des publics représente 99% du bilan carbone du Louvre. Changer les pratiques en matière de mobilité constitue donc une priorité. Cependant, au-delà, c’est l’ensemble de l’économie de la création et de la culture qui doit revoir ses pratiques afin de limiter son empreinte écologique. Comme tous les citoyens, ces acteurs sont appelés à amplifier leurs pratiques éco-responsables pour participer à la réduction des effets du changement climatique.

En premier lieu, les actions prioritaires à mettre en place sont les suivantes :

Limiter les déplacements :
- Privilégier des modes de transport éco-responsables : co-voiturage, modes doux, substituer l’avion par le train

Voir l'initiative de la Comédie pour développer le co-voiturage.

- Rationaliser les tournées, en évitant les lieux isolés, en supprimant les clauses d’exclusivité territoriales et en regroupant les dates de programmation à l’échelle d’un territoire ;
- Relocaliser l’activité, en substituant des solutions alternatives locales aux tournages en extérieur dans des destinations lointaines ;
- Optimiser la régie de production pour réduire les trajets ;
- Privilégier les approvisionnements locaux ;
- Grouper les transports d’œuvres ou de matériels.

  • Promouvoir une alimentation d’origine locale, de saison, biologique, végétarienne 

pour les artistes, le public, les moments de convivialité.

  • Développer le réemploi :

- Recycler les décors et les scénographies ;
- Concevoir des scénographies modulables réutilisables (cloisons amovibles, etc.) ;
- Réemployer des objets ou décors plutôt que d’en fabriquer.

  • Promouvoir les éco-gestes :

- Remplacer la vaisselle jetable par d’autres dispositifs ;
- Privilégier les approvisionnements en vrac ;
- Réduire les impressions de papier ;
- Mettre en place un dispositif de tri sélectif sur le lieu de l’événement ;
- Réduire les emballages des objets et des œuvres transportés ;
- Substituer les anciennes technologies par de nouvelles solutions moins énergivores (déploiement des éclairages en LED, suppression des générateurs au diesel, etc.) ;
- Freiner la course au gigantisme des systèmes de projection et de sonorisation gourmands en puissance.

  • Réduire l’empreinte environnementale des services numériques proposés :

- Supprimer les fonctionnalités inutiles ;
- Optimiser le poids des pages et des ressources diffusées sur le web ;
- Simplifier le parcours utilisateur pour réduire le nombre de pages consultées ;
- Concevoir d’abord pour mobile pour aller à l’essentiel ;
- Réduire le nombre des animations ;
- Utiliser des polices standards.

 

Ressources thématiques :


CINEMA
Le Collectif ÉcoProd a réalisé un Guide de l’éco-production dans le cinéma qui donne également de nombreuses pistes pour réaliser un éco-tournage.

Lien : https://www.ecoprod.com/fr/les-outils-pour-agir/guide-de-l-eco-production.html

 

EDITION
Dans le domaine du livre, la commission Environnement et Fabrication du Syndicat National de l’Édition propose une fiche thématique pour inviter les éditeurs à repenser les processus de fabrication et de commercialisation de leurs livres, dans un esprit d’éco-responsabilité, en 7 points : l’éco-conception du livre, l’origine et la consommation du papier, les modalités d’impression voire de réimpression, la gestion éco-responsable des stocks, des transports et de la promotion du livre.

Lien : https://www.sne.fr/environnement/sept-suggestions-pour-devenir-un-editeur-eco-responsable/

 

MUSEES
L’association Mêtis est une plate-forme de rencontres et de ressources pour les acteurs des musées. Au printemps 2021, elle a organisé un cycle de Rencontres Muséo Île-de-France portant sur le thème « Les musées à l’heure de l’urgence environnementale ». Les comptes rendus des trois séances sont consultables sur le site de l’association.

Lien : https://metis-lab.com/2021/03/22/rencontres-museo-paris-les-musees-a-lheure-de-lurgence-environnementale/

La Bibliothèque Nationale de France a établi un Guide du développement durable des expositions qui livre les outils nécessaires à une gestion durable des productions scénographiques et graphiques.

Télécharger le guide

 

NUMERIQUE 
Le collectif des Designers Éthiques a publié en mars 2021 un Guide d’éco-conception de services numériques qui détaille les différentes solutions techniques mobilisables pour réduire l’impact environnemental des services numériques.

Lien : https://eco-conception.designersethiques.org/guide/fr/

 

SPECTACLE VIVANT
Le Ministère de la Culture a établi une Charte à l’attention des organisateurs de festivals, considérant que les festivals doivent participer à la transition écologique en menant une action durable de réduction de l’empreinte carbone de ces manifestations.
Cette Charte établie en 2021 invite les signataires à établir un diagnostic environnemental leur permettant de déterminer les impacts les plus significatifs de leurs actions. Sur la base de ce diagnostic, ils sont alors incités à élaborer un plan d’actions à mettre en œuvre, assorti d’indicateurs concrets et mesurables, autour de 10 thématiques prioritaires :
> mobilités douces et actives, 
> maîtrise des consommations, 
> alimentation responsable, 
> gestion des déchets, 
> achats durables et responsables,
> respect des sites naturels, 
> accessibilité et inclusion,
> impacts économiques et sociaux, 
> management responsable,
> sensibilisation de toutes les parties prenantes.

Télécharger la charte

 

Pour aller plus loin...

Face au changement climatique et aux défis qui s’imposent, les artistes proposent d’autres façons d’être au monde, questionnent notre rapport au sol et au vivant ou imaginent des avenirs désirables. Grâce à la mise en avant de récits oubliés ou à l’invention de nouveaux discours, ils contribuent à développer et nourrir notre rapport à l’autre. En recherchant de nouvelles formes de création et de pensée, ils élaborent des pratiques de transition explorant de nouveaux modes de relations avec l’environnement. Ils nous aident à réinventer le lien entre notre corps et la nature en faisant l’expérience du sensible. Les découvertes scientifiques, riches de connaissances nouvelles de la nature, offrent également des sources d’inspiration et de création. 

Les institutions muséales, pour leur part, sont poussées à questionner leurs missions et à se décentrer pour interroger leurs collections. Elles s’emparent des questions socio-environnementales avec un regard neuf qui aide à penser le monde au-delà de la traditionnelle dualité nature / culture. Les musées revisitent leurs discours en donnant à voir et à entendre d’autres voix. La nature s’y trouve ainsi exposée via des dispositifs très variés aux multiples enjeux, que ce soit pour faire ressentir ou engager à agir, pour donner à comprendre ou ouvrir les débats.

Le Projet A.R.T.S, immergé dans cet environnement effervescent, se fait l’écho de ces enjeux essentiels à travers les projets de recherche et de création qu’il soutient :
- Le projet de recherche Arts contemporains et anthropocène, l'exposition Matières précieuses et les Chroniques Anthropocène associées
- Le projet de recherche Géovisualisation des Gorges de la Loire
- Le concert L’Amour de la Terre
- Biennale internationale du design sur le thème des Bifurcations
- L'exposition En forêt (en construction)
- L'exposition Les maisons de tourbe en Islande (en construction)

Contact : Projet ARTS (projet-arts @ univ-st-etienne.fr)