Le passage au dessin

Retour en image sur la journée d'étude "Le passage au dessin"

La journée d'étude "Le passage au dessin : reprises, mises au point et aveuglement des images" s'est tenue le 9 juin 2021 au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne, en parallèle des expositions des artistes Léa Belooussovitch et Éric Manigaud. Elle était organisée par Anne Favier (UJM/Eccla) et Alexandre Quoi (MAMC+).

Léa Belooussovitch reconduit au crayon de couleur sur feutre des images journalistiques insoutenables. A la limite de l’abstraction, les dessins perdent en lisibilité et se donnent comme défocalisés. Le report de telles images – en profondeur dans le derme du support feutre –, relance l’interrogation de Jacques Rancière : « qu’est-ce qui rend une image intolérable » ?

Les troublantes reprises au graphite travaillées par Éric Manigaud à partir de documents historiques et d’images produites au travers d’appareillages et dispositifs optiques scientifiques, tendent à entretenir une étrange proximité à l’égard de leurs origines iconographiques. Dessinées à l’aveugle, tels des retirages graphiques, les œuvres d’Éric Manigaud offrent un vertige de signaux visuels modulés dans l’ombre de leurs modèles.

Les deux artistes contemporains travaillent la photogénie du dessin par mise au point et distanciation, à partir de représentations préalables dont ils dévoilent les mécanismes et les usages. Leurs œuvres graphiques sont des « reprises de vue » par les moyens du dessin. Inscrites dans la dialectique acuité/aveuglement, elles suscitent l’incertitude quant aux dispositifs de représentation et, par-delà un « trouble de la vision », font éprouver leur matérialité dans un développement en profondeur des images sources.

Le dialogue offert par les deux expositions visibles sur une même période interroge les pratiques graphiques contemporaines, lorsque le dessin s’entretient avec d’autres médiums et médias producteurs de documents iconographiques : photographies, archives historiques, images scientifiques et médiatiques...

L’objet de cette journée était d’étudier cette relation intermédiale ambiguë, ses manifestations plastiques, les réflexions sémantiques, et la nature des tensions qu’elle suscite. Quelles images de notre Histoire et actualité médiatique sont aujourd’hui reportées par les moyens du dessin ? A travers quels processus ? Que se joue-t-il dans ces opérations de transfert que nous qualifierons de « passage au dessin » ? Entre simulation et dissemblance, proximité et distanciation, révélation et aveuglement, dans quels écarts s’inscrivent ces re-présentations à l’égard d’images préalables auxquelles il s’agirait de donner la réplique par les moyens du dessin ?

Inaugurée par un entretien avec l’artiste Léa Bélooussovitch, et prolongée par une traversée de l’œuvre d’Éric Manigaud, cette journée d’étude s'inscrit dans un projet de recherche de l’Université de Lyon/Saint-Étienne sur le dessin contemporain, en partenariat avec le MAMC+. 

Historiens de l’art, théoriciens et artistes ont présenté leurs recherches touchant aux pratiques graphiques qui entretiennent de troublantes proximités avec le document photographique ou l’imagerie médiatique. À l’ombre de leurs modèles iconographiques, comment les répliques dessinées mettent-elles à l’épreuve l’évidence de l’image ?

PROGRAMME DÉTAILLÉ

10 h - 10 h 20 : Introduction Anne Favier (UJM/Eclla) et Alexandre Quoi (Responsable du département scientifique du MAMC+)

 

10 h 20 - 10 h 50 : entretien : Léa Belooussovitch et Alexandre Quoi (MAMC+) : Le dessin réparateur 

 

11 h - 11 h 25 : Marie-Dominique Bidard (Univ. Rennes 2) : La photographie comme subjectile

 

11 h 25 - 11 h 50 : Daphné Le Sergent (Univ. Paris 8) : Photographies-dessin : les rets d’une mémoire tactile

 

12 h 15 - 14 h 30 : pause déjeuner et visite libre des expositions Feelings on felt de Léa Belooussovitch, lauréate du Prix des partenaires 2020, et La mélancolie des vaincus, exposition personnelle d'Éric Manigaud.

14 h 30 - 14 h 55 : Anne Bernou (Historienne/historienne de l'art) : Faire retour

 

14 h 55 - 15 h 20 : Dylan Caruso (Univ. Amiens) : Pour une image incandescente - La photographie consumée par le dessin / focus sur les dessins brûlés de Davide Cantoni

 

16 h - 16 h 25 : Pascale Borrel (Univ. Rennes 2) : Á l’ombre du modèle photographique. Dessin et obscurités photomécaniques

 

16 h 30 - 17 h : entretien : Romain Mathieu (ESADSE) et Jérémie Setton (ESAAix) : Une présence spectrale ?

 

19 h - 20 h 15 : Daniel Boitier (professeur de philosophie) et Anne Favier (Univ. Saint-Étienne) : Éric Manigaud : le dessin à l’épreuve de la photographie

 

Contact : Anne Favier (anne.favier @ univ-st-etienne.fr) et Alexandre Quoi (alexandre.quoi @ saint-etienne-metropole.fr)

 

Pour aller plus loin :

Revenir sur la page d'actualité relative à cette journée d'étude.