Eh bien, chantez maintenant !

Eh bien, chantez maintenant !

au Centre d'expositions du Musée national de l'Éducation à Rouen.

« Au clair de la lune », « J’ai du bon tabac », « La Mère Michel »…
Autant d’airs connus de tous et associés à l’enfance ! La nouvelle exposition du Munaé propose de comprendre comment ces chansons se sont définitivement inscrites dans le répertoire enfantin et quelles routes elles ont empruntées pour venir se fixer dans la mémoire collective.

Car la chanson enfantine s’écoute, se chante, se danse ou se regarde, à travers la très grande variété de ses illustrations. Si elle se transmet entre enfants d’une manière qui échappe bien souvent à l’adulte, on l’apprend aussi à l’école, où elle se pare de valeurs éducatives ; on l’entend dans la rue, dans la cour de récréation, à la maison ou dans des lieux et temps de loisirs. Elle est investie de significations diverses en fonction des époques et des institutions. Le propos met l’accent sur la porosité des répertoires – entre chanson populaire, chanson traditionnelle et chanson enfantine.

UNE HISTOIRE DE LA CHANSON D’ENFANCE
L’exposition, structurée en trois parties, couvre la période du XIXe siècle au deuxième tiers du XXe siècle. La première partie aborde la construction du répertoire enfantin au XIXe siècle, en lien avec l’émergence d’une culture enfantine. La deuxième partie traite des modalités de diffusion des chansons enfantines, au cours du XXe siècle, dans les différentes sphères de la vie de l’enfant : au sein de la famille, selon les âges de l’enfant, de la berceuse au jouet ; par la publicité et les nouveaux médias ; dans les mouvements de jeunesse. La troisième partie est consacrée au chant à l’école et présente l’histoire, les méthodes et les pratiques de son enseignement. Elle met en valeur les différents répertoires qui ont traversé l’école et la cour de récréation, et souligne l’utilisation de la chanson dans les apprentissages.

UN PARCOURS VISUEL, SONORE ET INTERACTIF
L’exposition montre les objets tangibles de la chanson que sont les recueils, les illustrations, les cahiers d’élève ou encore les disques et matériels d’écoute, faisant plonger le visiteur au plus près des enfants chanteurs depuis le milieu du xixe siècle. Plus de 350 objets sont présentés au long d’un parcours ponctué de dispositifs interactifs ou musicaux. Plusieurs documentaires sonores sont proposés, dont Bout d’ficelle & ritournelles, création qui met en son l’enquête-concours sur le folklore enfantin, connue comme l’« enquête Baucomont », qui fut lancée auprès des institutrices et instituteurs en 1931. Les réponses à cette enquête constituent un corpus de milliers de pages longtemps conservé par le Musée pédagogique, ancêtre du Munaé, et aujourd’hui par les Archives nationales. Cette fiction musicale réalisée par Péroline Barbet et Anne Damon-Guillot, avec les étudiants en musicologie de l’université de Saint-Étienne, entraîne les visiteurs dans un espace intermédiaire entre le monde extérieur et la classe : les cours de récréation de 1931, permettant de toucher du doigt la camaraderie, le jeu, la grivoiserie, voire la cruauté qui habitent souvent le répertoire.

Le parcours de l’exposition permet aussi de découvrir la multitude de versions musicales d’une comptine que l’on pense gravée dans le marbre, telle « La Mère Michel », ou de vivre une expérience immersive d’apprentissage de chansons grâce à la radio scolaire des années 1960.

Enfin, l’Atelier Enchanté invite le visiteur à tester et expérimenter sa voix, à apprendre un chant d’une manière
originale et ludique, à exprimer ce que lui évoque une mélodie ou à écrire des paroles grâce à des ressources actuelles et connectées pour l’éducation artistique et culturelle.

Commissariat de l'exposition : Emmanuelle Macaigne, Responsable du département conservation - patrimoine au Munaé et Anne Damon-Guillot, professeure d'ethnomusicologie (UJM / Eclla).

L'ouverture de cette exposition initialement prévue le 2 avril est reportée au 4 juin 2022.

 

Pour aller plus loin :

Siteweb du Munaé

Cycle de conférences accompagnant l'exposition :

- « Le répertoire des berceuses dans les camps nazis : entre mise à distance, esthétisation et dénonciation de la violence », d'Élise Petit (Université de Grenoble)

- « Chansons en images, images en chansons : le livre de chansons pour enfants dans l’entre-deux-guerres », conférence chantée, de Cécile Pichon-Bonin (UMR LIR3S) et Sarah Nardon (école de Musiques Actuelles de Vernon).

Consulter un article dédié à l'exposition sur The Conversation