Art et enfance pour un monde meilleur

Art et enfance pour un monde meilleur

Fortes d’une collaboration internationale de longue date entre le département de musicologie de l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne et la Faculté de Musique de l’Université de Montréal, qui s’est manifestée par une mobilité enseignante soutenue entre 2014 et 2017, Nathalie Fernando (professeure et doyenne de la Faculté de Musique de l’Université de Montréal) et Anne Damon-Guillot (professeure à l’UJM, responsable du master « Musique et musicologie") ont initié un projet de recherche commun autour de la question croisée de l’enfance et de la musique.

Leurs intérêts scientifiques se rejoignent en effet.

D’une part, la Faculté de Musique de l’Université de Montréal est investie dans un projet intitulé « La Musique aux enfants », en partenariat avec l’Orchestre Symphonique de Montréal. Les chercheurs étudient l’impact du programme musical sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, sur la compréhension des concepts mathématiques, les habiletés motrices fines et grossières et le développement social.

D’autre part, avec le soutien de la Société Française d’Ethnomusicologie, du Musée National de l’Éducation (Rouen), du CIEREC/ECLLA et du département de musicologie, Anne Damon-Guillot mène une recherche collective autour du concept de « l’enfant musicien ». Cette recherche se penche sur la construction du « folklore enfantin » dans une perspective épistémologique, s’appuyant sur un large fonds d’archives pour la plupart inédites. Elle cherche aussi à comprendre, à partir d’une démarche ethnographique, le rapport de l’enfant à la musique, entre questionnements ontologiques et appréhension des représentations culturelles.   

Le projet « Art et enfance pour un monde meilleur » va au-delà des liens entre enfance et musique en interrogeant plus largement la rencontre entre art et enfance et son impact sociétal. Ainsi des artistes, chercheurs, éducateurs et acteurs culturels réfléchissent ensemble aux ressorts et aux enjeux de l’association entre art et enfance, au prisme de l’engagement. Le projet associe des structures de terrain (écoles, ensembles musicaux, associations caritatives et culturelles, musée), issues en particulier de la région Rhône-Alpes et du Québec, qui font le double pari du pouvoir vertueux de l’art et de la réceptivité de l’enfant. Que peut l’art pour l’enfant ? Peut-il rendre le monde – celui des enfants et celui qu’ils partagent avec les adultes – meilleur ? Dans quels contextes et selon quelles attentes ? Par quels moyens et quelles modalités ? Le projet convoque des disciplines académiques variées, allant des études en art (musicologie, arts plastiques) à la socio-anthropologie en passant par l’histoire. Il s’appuie sur la création, par des artistes rhônalpins, d’une œuvre inédite et engagée du compositeur québécois François-Hugues Leclair, L’Amour de la Terre. Ce conte musical avec chœur d’enfants (Maîtrise de la Loire), qui s’exprime sur les questions environnementales agitant notre époque, sera joué en avant-première à l’université de Saint-Étienne en décembre 2021, en présence du compositeur.

Le projet « Art et enfance pour un monde meilleur » se caractérise par la variété de ses formats et l’ambition de son propos pluridisciplinaire : un colloque international, des entretiens avec des artistes de renom, la création d’une œuvre musicale. Il allie collaboration internationale et ancrage local, recherche et enseignement. Dans une volonté de co-construction de la connaissance, il réunit chercheurs et acteurs de terrain. Il propose des formes renouvelées d’écriture de la recherche (documentaire radiophonique, exposition, montages audiovisuels). Enfin, il initie une réflexion collective à partir de projets artistiques concrets impliqués dans la société et se donnant précisément pour mission de construire « un monde meilleur ».

Ce projet « Art et enfance pour un monde meilleur » bénéficie du soutien des Entretiens Jacques Cartier pour l’année 2020-2021. Ce dispositif, qui se veut être un espace de dialogue entre les acteurs des mondes universitaires, économiques, institutionnels, scientifiques, associatifs et groupements citoyens, encourage les collaborations franco-québécoises répondant à l’esprit et aux missions des Entretiens Jacques Cartier par un fort impact sociétal. En cette année exceptionnelle du fait du contexte sanitaire, le Centre Jacques Cartier a décidé de donner à ces Entretiens une forme en deux parties : l’organisation d’un Sommet Virtuel qui a eu lieu du 2 au 6 novembre 2020, suivi de Rencontres franco-québécoises en présentiel qui se dérouleront le 13 octobre 2021.

Le projet « Art et enfance pour un monde meilleur », plurisectoriel et pluridisciplinaire, comprend donc deux parties liées :

- une rencontre virtuelle, le 6 novembre 2020

Retrouvez les ressources diffusées lors de cette rencontre.

Cette séquence peut être visionnée en rediffusion sur la chaine YouTube du Centre Jacques Cartier.

- un colloque franco-québécois, le 13 octobre 2021, au cours duquel la parole sera distribuée à travers des conférences, entretien et tables rondes.

Ce colloque sera prolongé par l'interprétation du conte musical L'Amour de la Terre le 1er décembre 2021 à 20h30 en présence du compositeur.

Contact : Anne Damon (anne.damon @ univ-st-etienne.fr)